Rechercher sur le site Internet
avec


Membre du

Groupement Archéologique de Seine-et-Marne


Imprimer cette pageAjouter cette page dans vos favoris Faire de ce site votre page de démarrageEnvoyer un courriel

Nombre de visiteurs :

compteur

Liens :



Ce site est référencé sur

Visitez le site portail sur la Seine et Marne

COPYRIGHTS ET DROITS D'AUTEUR

Accueil / Géographie / L'habitat briard >>
Police d'écran normal Agrandir la police à l'écran

Modifiée le 18/02/2015

L'HABITAT BRIARD

LE VILLAGE

Cité dans un texte de 1115, Le Châtelet a traversé les siècles en gardant presque intacte sa structure d’origine : maisons, artisans et commerces d’abord groupés autour de l’église, puis le long des rues, un domaine seigneurial, quelques cours communes, deux hameaux annexes de quelques maisons autour d’une ferme (Saveteux, Le Traveteau), grandes fermes céréalières à l’extérieur au milieu de leurs champs… autant d’éléments qui font du Châtelet un village typiquement briard.

Guerre de Cent Ans, guerres de Religion et d’autres événements ont fait de la vie de nos pères une aventure quotidienne : villages sans cesse détruits, rebâtis, à nouveau détruits, ce n’est qu’à partir du XVIème siècle que fermes et maisons furent définitivement construites. Certes, la proximité des forêts, l’eau en abondance, le sous-sol riche et les matériaux ont facilité l’implantation et le maintien des villages de la Brie. Mais quel courage ont eu nos aïeux ! Au Châtelet, l’ensemble du village, sous un aspect bien ordonné, est pourtant plein de fantaisie : hauteurs et orientations des maisons, décorations inattendues, couleurs des façades, transformations progressives des fermes et granges en habitations… Nos bâtisseurs ont trouvé spontanément l’harmonie des proportions et un équilibre d’ensemble que nous essaierons de cerner ; ils ont d’instinct rejeté l’uniformité dans l’urbanisme naissant. A travers le temps, de l’âge de la bougie et des chevaux à l’âge du moteur et de l’électricité, de l’ère de la pierre, du plâtre, du bois à l’ère du béton, notre village a connu toutes les techniques de construction, dont on retrouve des exemples heureusement conservés dans nos maisons anciennes.


LA FERME

Charpente Quant à la ferme briarde, elle s’ordonne autour d’une cour carrée ou rectangulaire, au centre de laquelle on trouve souvent un puits. Habitations et bâtiments d’exploitation sont répartis sur le pourtour. De l’extérieur, on ne voit souvent que de solides murs, parfois fortifiés, éclairés de quelques ouvertures. L’entrée est souvent un porche monumental.

Le Châtelet compte douze fermes, toutes anciennes qui nous livreront peut-être des secrets méconnus.


LA MAISON

Maison La maison présente une grande diversité de formes dans les toitures, les enduits de façades, lisses pour les parties habitées, "pierres à vue" pour les granges et annexes ; nos pères, gens pratiques, économes et de bon sens, construisaient "utile", juste ce qu’il fallait au fur et à mesure des besoins, d’où les ajouts de bâtiments d’importance différente accolés souvent à la maison principale.

C’est le plâtre qui a guidé l’aspect de l’architecture locale. Les murs composés d’un appareillage de moellons, meulières ou pierres calcaires étaient enduits généreusement de plâtre qui recouvrait :

  • les interstices de la maçonnerie pour les annexes, bâtiments agricoles, granges… offrant l’aspect d’un traitement irrégulier où apparaissent encore les moellons,
  • la totalité de la maçonnerie pour les habitations, les constructions bourgeoises. Le plâtre était aussi présent en décoration (corniche, bandeau, encadrement d’ouverture, soubassement…) et le plus souvent badigeonné de rose ou d’ocre soutenu.

Les huisseries étaient peintes de couleurs vives ; le bourg du Châtelet conserve encore de très nombreuses traces de cette architecture "bourgeoise" généralement en rez-de-chaussée plus un étage, recouverte d’une toiture (entre 35 et 45°) de tuiles et agrémentée de pans coupés ou croupes à l’angle des rues. toiture briarde

Les édifices étaient implantés en général à l’alignement de la voie, en continuité avec les autres bâtiments sur des parcelles en lanières étroites. Les hauts murs assuraient la liaison et l’unité de l’ensemble.

Des grilles dites "à la française" créent quelques ouvertures.

Autres éléments typiques : nombre, forme, répartition des ouvertures, cheminées corniches, lucarnes, etc.

 

retour en haut de page Retour en début de page retour en haut de page