Rechercher sur le site Internet
avec


Membre du

Groupement Archéologique de Seine-et-Marne


Imprimer cette pageAjouter cette page dans vos favoris Faire de ce site votre page de démarrageEnvoyer un courriel

Nombre de visiteurs :

compteur

Liens :



Ce site est référencé sur

Visitez le site portail sur la Seine et Marne

COPYRIGHTS ET DROITS D'AUTEUR

Accueil / La shcb raconte / Sons de cloches >>
Police d'écran normal Agrandir la police à l'écran

Modifiée le 18/02/2015

SONS DE CLOCHES

(Collection SHCB)
(Collection SHCB)

 

Le saviez-vous ?
Les curés qui se sont succédés entre 1914 et le début des années 50 ont régulièrement fait paraître un bulletin paroissial qui s’intitula successivement, « La voix de Sainte-Reine » du temps du chanoine Albert Bled au début du XXe siècle, « L’Écho paroissial » à l’époque de notre célèbre abbé Péricard au cours des années 30, ou « Autour du clocher » avec le curé doyen Georges Jozon autour des années 50.

Ces bulletins relataient, avec un certain talent et souvent avec humour, des faits historiques ou des informations locales qui ont eu comme théâtre notre commune ou les environs.
Ce sont des extraits de ces bulletins que la SHCB a le désir de ressusciter et de partager avec vous périodiquement en alternance avec d’autres sujets qui illustrent déjà notre rubrique.

 

Voici donc repris ici quelques exemples d’écrits que nos curés adressaient à leurs fidèles lecteurs.

 

C’est ainsi que le curé doyen Jozon, dans son premier numéro d’ « Autour du Clocher », en juillet 1947, faisait paraître cette annonce qui ne manquait pas d’audace, il faut l’avouer :
Il n’hésitait pas en effet, à dire ce qu’il pensait à ses fidèles quand quelque chose ne lui convenait pas : « il leur sonnait les cloches en quelque sorte » !

 

1 - "Attention"

 

 

 

« Hâtez vous de remettre vos pièces de 0fr45, 0fr10, 0fr20 et 0fr25 à monsieur le percepteur du Châtelet, et non dans la bourse de monsieur le doyen. Ce sera ainsi renflouer le trésor de l’Etat et rendre tâche plus facile à votre curé qui n’a que faire de vos modestes sous.

La vie a évolué en tous sens, évoluons aussi en saine générosité… ».

 

Dans le numéro de septembre 1949 il avertissait les paroissiens qu’un changement important allait intervenir.

 

2 - "Mise en garde"

 

« A dater du 1er septembre 1949, les pièces de 0 fr.50, 1 fr et 2 fr bronze d’aluminium (couleur jaune) cesseront d’avoir cours légal. Il sera préférable de les déposer dans la caisse du percepteur plutôt que dans…le plateau de M. le Doyen ».

 

Notre curé doyen, avait-il des comptes à régler avec monsieur le percepteur ?
Etions nous alors, comme dans le célèbre « Monde de Don Camillo » avec Fernandel, en présence d’un Peppone et d’un DonCamillo au Châtelet ?


En septembre 1954, M. le doyen se rappelait à nouveau au bon souvenir de ses concitoyens, en parlant une nouvelle fois de gros sous:

 

3 - "Pièces blanches en nickel"

 

« Faut-il rappeler qu’elles n’ont plus cours dans le commerce ?
Alors, prière instante de ne pas réserver les dernières pièces retrouvées dans un fond de tiroir pour les quêtes du dimanche : C’est vraiment se montrer trop généreux… mieux vaut s’abstenir…».

Rappelons aussi une veillée de Noël bien mouvementée relatée ainsi par notre doyen dans
« Autour du clocher » de janvier 1948.

 

4 - "Nos offices de Noël"

 

« Nos offices de Noël se sont bien déroulés. Mais notons la messe de Minuit « en pétard ». Malgré toutes les précautions prises utilement, des jeunes gens de la localité, profitant de l’entrée tardive des fidèles, ont lancé un pétard à corbeaux dans l’allée centrale. L’Evangile se chantait…grand émoi…poursuite mouvementée…peine perdue. Nos chenapans ont pris la fuite. L’office a dû être interrompu quelques instants et repris dans le silence.

Mais devant l’indignation des fidèles, plainte a été portée par M. le doyen entre les mains de la gendarmerie pour entraves et interruption à l’office religieux (Code Pénal, Art. 22). Notons quelques paroissiens incommodés par la fumée et la détonation. L’affaire va faire du « pétard ». On est sur la bonne piste. Faisons confiance à notre Brigade ».

 

On ne sait si les chenapans ont été appréhendés. Mais nous espérons que cet incident n’aura pas empêché nos fidèles de réveillonner et de faire ripaille en guise de réconfort.

 

Dans « Autour du clocher » octobre 1948 on trouve des « Dupont et Dupond » à la recherche de personnes ayant forcé la serrure de la chapelle Sainte-Reine :

 

5 - "La chapelle Sainte-Reine a été visitée"

 

« Qui donc a crocheté la serrure de la chapelle Sainte-Reine et le cadenas de la fontaine ?
On enquête…On est sur la piste…Du flair, S.V.P ! ».

 

 
Retour en début de page